Compte-rendu de la CP du 19 mars 2013

Voici le CR complet de la CP du 19 mars 2013

La CP a commencé par un rappel des compétences de la commission permanente. L’idée est que les avis votés par la CP ne soient pas remis en cause lors du CA.

La CP est composée de 9 élus enseignants et de 9 élus étudiants. Le directeur de l’IEP préside la séance mais ne prend pas part au vote.
Les personnels administratifs et techniques ne disposent pas de voix délibérative, ce que nous déplorons. Il n’y aurait malheureusement pas de possibilité légale de leur en donner une.

Situation budgétaire : moins 5 % de dotation dans les dents ! Vive l’austérité !

Comme tous les établissements d’enseignement supérieur de France et de Navarre, l’IEP se mange une diminution de 5 % de sa dotation globale de fonctionnement dans les dents. Concrètement, ça veut dire 74 000 € en moins. Cette modification, à laquelle nous nous opposerons, sera inscrite (puisqu’il n’y a aucun suspens quant à l’issue du vote) dans le budget de l’IEP dès le CA.

M. Mathiot a indiqué que ces 74 000 € seraient amputés aux charges de personnels… c’est-à-dire amputés aux vacataires et aux contractuels. Donc aux salaires de ces derniers ? Et probablement en attendant une future hausse de nos frais. Aucune des deux solutions n’étant satisfaisante.

Nous avons demandé quels étaient les projets des syndicats enseignants et des personnels sur la question, sachant que nous sommes tous concernés, histoire de se coordonner. Gros blanc dans la salle… apparemment, il n’y a pas de représentation syndicale d’enseignants ou des personnels IATOSS au CA. Tant pis… mais c’est tout de même décevant. Nous aurions pu imaginer que des enseignants en sciences politiques connaissent et comprennent les vertus de l’action collective.

Calendrier universitaire

C’est là que les discussions furent les plus tendues.

M. Lengaigne a rappelé que suite aux réunions que les élus étudiants avions eues avec lui, il proposait de remettre les partiels de 4A en décembre, pour dégager l’essentiel du mois de janvier pour les partiels. Ainsi le premier semestre du cycle master sera réduit de 12 à 10 semaines de cours. Selon certains élus enseignants, les cours qui seront plus condensés sur cette période. Mais en réalité, en théorie, ils sont déjà sensés être condensés sur 10 semaines. Mettre les partiels à cette date obligera à mieux respecter ce calendrier, même s’il est vrai que cela peut compliquer le rattrapage de cours annulés.

Madame Bazin et Monsieur Villalba se sont aussitôt insurgés. En effet, selon eux, il n’y a pas de problème avec les mémoires, et tout est prévu pour que nous puissions travailler. Les sujets des essais à rendre seraient donnés dès le mois de septembre par l’ensemble des enseignants. Et il n’y aurait plus aucun examen final, non plus. À croire que la réalité nous a menti !

Pire : les étudiants qui demandent à avoir du temps en janvier pour leurs mémoires sont, selon ces mêmes enseignants, ceux qui s’y prennent trop tard ! C’est logique.

Devant tant de bonne foi, nous avons tenté de rappeler quand mêmes les problèmes qu’il y avait. Tous les élus étudiants étant d’accord sur la question. C’est-à-dire que l’accumulation d’échéances à court-terme, dont les intitulés sont parfois tardifs, l’incertitude constante sur les dates d’examen et sur sa nature, les papers de 15 pages à rendre dans certains séminaires (avec à peine un mois et demi pour les faire)… tout ça, pour citer ces mêmes enseignants, ça nous « apprend à gérer le court et le moyen terme » ! De plus, entre la fin des cours du second semestre et la date butoir de rendu de mémoire, il n’y a qu’une seule semaine de dégagée, ce qui nous parait bien peu au vu du fait qu’aucun temps dans aucun des deux semestres n’est sanctuarisé pour s’employer à son mémoire.

Nous ne reviendrons pas sur le type de langage que Monsieur Villalba s’est permis d’employer en plein CA, cet autre article fait le point sur l’état d’esprit qui règne chez un certain nombre d’élus enseignants, et qui pourrissent inutilement l’ambiance des CA.

Preuve tout de même que nos arguments semblent avoir porté, avec le soutien de M. Lengaigne, la modification des calendriers a été adoptée à 13 voix pour, 4 contre, et une abstention.

Précisons deux choses pour conclure sur ce sujet :
→ nous ne pensons pas que mettre les partiels en décembre est la meilleure solution. C’est celle proposée par M. Lengaigne, et nous la soutenons, à défaut d’une meilleure proposition. Nous pensons en effet qu’il serait plus souhaitable de repousser la date de rendu des mémoires, même d’une semaine, et de faire en sorte qu’il existe un calendrier clair des examens, au lieu du flou artistique qui règne actuellement. Une meilleure concertation pédagogique entre enseignants permettrait aussi d’éviter les surcharges de travail aux moments les moins opportuns (du type : une simulation de l’ONU pendant un samedi entier 10 jours avant le rendu des mémoires…), et permettrait à d’autres d’être plus au fait de la réalité du terrain, évitant de raconter des choses fausses à l’appui d’arguments qui, du coup, se mettent à relever de la mauvaise foi. Enfin, en répartissant mieux la charge de travail entre le S1 et le S2, en acceptant les absences, dans une limite raisonnable et étant entendu qu’il faut prévenir les enseignants concernés, pour raison de mémoire (entretiens notamment), finirait à nos yeux de répondre aux problèmes, sans qu’il soit besoin de modifier le calendrier. Le Nirvana étant bien sûr d’avoir des journées dédiées au mémoire dans la semaine… mais ne rêvons pas.
→ l’UNEF, dont son élu, Maël Tichani, était excusé et a donné procuration et consignes de vote à Julien Rossi (S&A), s’est abstenue sur le calendrier pédagogique car aucune deuxième session n’est prévue pour les étudiants excusés. Ainsi, un étudiant malade le jour des examens passe direct au rattrapage. C’est dommage. Nous sommes d’accord avec cette proposition, mais comme nous sommes en partie à l’initiative du changement de calendrier des études soumis par M. Lengaigne à la CP, nous ne pouvions pas décemment ne pas voter pour, et ce d’autant plus que cette modification était très fortement contestée par une minorité d’élus enseignants.

Sur la « prépa ENM »

Émilien Quinart, de Délic !, a souligné certains problèmes juridiques dans le texte, et proposé des modifications, qui ont été acceptées.

Le texte instituant la procédure d’admission a été adopté à l’unanimité

Sur la réforme de la CVE (nouveaux articles 15, 16 et 17 des Statuts de l’IEP)

La scission de la CVE, qui était un des objectifs de notre programme, est désormais effective.

La Commission Aides Sociales a été adoptée à l’unanimité. Elle est composée de façon paritaire étudiants/non-étudiants, avec 4 élus étudiants, le directeur de l’IEP, le directeur-adjoint des programmes et du développement, et deux élus enseignants du CA. Le responsable de la vie étudiante est présent à titre consultatif. Cette commission propose au CA, dans le cadre d’une enveloppe globale (celle du Fonds Social Étudiant), les aides exceptionnelles aux étudiants en difficulté.
M. Mathiot s’est engagé à mieux communiquer sur la question (instant pub : en attendant, vous pouvez vous référer à notre guide des aides sociales)
Sur le fonctionnement un détail est à noter : la CAS pourra conseiller M. Mathiot sur les exonérations des frais d’inscription, ce qui était jusque ici un pouvoir discrétionnaire du directeur. Mais comme il s’agit de faire vite pour ce genre de problème (étant donné que bien souvent les étudiants concernés se retrouvent avec leur carte étudiant bloquée), et au vu du nombre important de demandes pas toujours simultanées, M. Mathiot souligne que ces échanges avec la CAS devront se faire par mail pour fluidifier la procédure. Personne ne voit d’objection.

La CAS a été adoptée à l’unanimité.

La Commission Vie Associative a également été créée. Elle est composée des 9 élus étudiants, sous la présidence de M. Mathiot. Elle proposera au C.A. les subventions aux associations, et devra publier tous les ans ses règles de fonctionnement afin d’assurer un fonctionnement transparent du financement de la vie associative.

La CVA a été adoptée à l’unanimité moins une ou deux abstentions (on n’a pas noté la même chose tous les deux… mais bon, ça change rien au fait que la CVA a été adoptée)

La Commission de Mobilité Internationale se voit confiée également la mission d’aider au financement de certains stages de 5A à l’étranger. L’article 17 des Statuts, qui créée officiellement la CMI, est adopté à l’unanimité moins l’abstention de M. Villalba.

Étudiants en situation de handicap

Le texte qui nous était soumis permettait à l’IEP, « en cas d’impossibilité », d’obliger les étudiants handicapés à passer direct en rattrapage. On a dit que c’était « pour le moins un peu bizarre », et que si c’était une erreur, il fallait la corriger. Et que dans le cas contraire, c’était un scandale. Tous les élus étudiants étaient d’accord. Et la direction aussi, ainsi que M. Lascombe. Ceci a été rectifié, et remplacé par une phrase disant qu’en cas de non-respect des délais, l’IEP pouvait envoyer l’étudiant en rattrapage (c’est-à-dire si la demande a été faite moins d’un mois à l’avance).
Sous réserve de cette modification importante, l’article a été adopté à l’unanimité.

Convention d’hébergement à Anchin

Une prépa publique ayant refusé d’héberger les élèves du programme PEI qui sont internes, l’institut d’Anchin, un établissement privé, a offert généreusement d’héberger les élèves de PEI à 12€/nuitée/participant, ce qui nous semble un prix raisonnable, et, selon M. Mathiot (nous n’avons pas vérifié les chiffres), c’est moins cher que ce que faisait payer la prépa publique. Donc, on a tous voté pour.

Partenariat entre les IEP du concours commun et l’université Paris Dauphine

Bonne nouvelle pour les CFI : un accord sera signé avec Dauphine pour leur permettre d’y partir en M2.

Comme la menace de perdre prochainement leur prépa ENA pèse sur les IEP, des prépa ENA communes entre Dauphine et les IEP de région seront également mises en place.

Pour les licences, les étudiants de l’IEP pourront participer, avec des cours le samedi, au Diplôme d’Établissement de Gestion et d’Économie Appliquée de Dauphine. Les frais de ce diplôme sont à 400 € / an.

Les étudiants de Dauphine qui viennent à l’IEP en M2 pourront obtenir le Certificat d’Études Politiques.

Toutes ces modifications pourront avoir lieu à la rentrée 2014, et un bilan sera fait au terme de l’année 2014-2015.

Nous avons voté pour ce partenariat car nous avons considéré que pour les CFI, c’était probablement le meilleur choix. Car même si les frais à Dauphine peuvent être élevés (trop élevés), ils le sont bien moins que dans les écoles de commerce privées. De plus, Dauphine demeure, malgré tout, un établissement public. Nous avons donc considéré ceci comme un moindre mal, et ce d’autant que selon au moins un des membres de S&A, les M2 de Dauphine seraient vraiment intéressants.

L’UNEF a voté contre, à cause des frais d’inscription.

Partenariat avec l’Institut du Service Civique (ISC)

Il nous a été proposé de valider un convention ouvrant une filière pour 5 personnes ayant effectué un service civique. Mais nous avons voté contre, en l’état, ce partenariat, pour diverses raisons :
Nous ne savons pas si ce dispositif vise ou non à faire de la discrimination positive. Une telle discrimination positive est contraire à l’esprit de PEI, que nous considérons comme plus efficace que la politique de ZEP de l’IEP de Paris. Tout comme ce qui a cours à Sciences Po Paris, nous craignons une discrimination au sein des établissements entre étudiants passés par la voie du concours et ceux qui auront pu bénéficier de cette voie. M. Contamin, élu enseignant, nous rejoint sur ce point.
Certes, M. Lengaigne a dit qu’il s’agit plutôt de diversifier l’accès à l’IEP. Nous sommes d’accord avec l’objectif, s’il s’agit vraiment de ça, mais ça ne paraît pas être le cas, vu la façon dont le projet nous a été présenté. Et au vu du nombre de places potentielles (5 au maximum) l’argument de l’effet symbolique nous parait peu recevable.
La sélection a lieu sur dossier à l’interne chez l’ISC, et selon des critères qui nous paraissent laisser une place trop importante à l’arbitraire. De même, les modalités de la sélection effectuée par l’IEP n’étaient pas bien claires.
On nous a présenté ce projet alors que des étudiants sont déjà rentrés par cette voie-là… ce qui est pour le moins troublant ! Mis devant le fait accompli, nous avons donc demandé à M. Mathiot de revoir sa copie.

Geoffrey Delepierre, des Affranchis, a souligné qu’il était opposé à cette filière car il s’opposait à toute logique dérogatoire au concours républicain.

Le partenariat a été rejeté par 10 voix contre 8. L’ensemble des élus étudiants ont voté contre, ainsi qu’un élu enseignant.

 

Nous allons entamer des discussions avec les étudiants qui sont issus de cette filière, puis avec la direction. Nous pourrions être amenés, donc, à changer d’avis sur la question, si un projet prenant nos remarques en compte nous est présenté.
N’hésitez pas à nous faire parvenir vos questions et remarques à ce sujet.

Dernière remarque à ce sujet : M. Mardellat a exprimé son malaise devant les étudiants refusant ce projet, disant que nous étions des « insiders » voulant protéger nos privilèges face aux « outsiders »… Précisons que non seulement il s’agit d’une référence à une théorie néolibérale plus que douteuse selon laquelle s’il y a du chômage, c’est la faute aux syndicats, mais qu’en plus, c’est totalement faut, puisque d’une, l’UNEF souhaite la suppression des concours, et que nous voulons un concours mieux pensé en vue de gommer la sélectivité sociale, la gratuité scolaire, le plus possible de filières d’entrée, et que nous soutenons à fond le programme PEI, les lycées étant, selon nous, le lieu de la plus grande sélectivité sociale (et non le concours).

C’est là-dessus que s’est terminé la CP, le reste ayant été expédié car nous pourrons plutôt en délibérer en CA (il faut dire, le temps filait et nous avions plutôt faim).

Le bilan est selon nous plutôt positif. Les débats ont été, malgré l’incident que nous avons décrit plus haut, de bonne qualité. De plus, la CP se fait sans les personnalités extérieures, ce qui est bien plus démocratique, et, force est de le constater, efficace et intéressant. La seule chose qui soit dommage, c’est que les personnels non-enseignants n’y sont pas représentés par une voix délibérative, et que le huis clos est toujours de mise. Il faudra que nous réfléchissions à une solution. Mais pour le deuxième problème, il y a tout de même une solution qui nous ferait plaisir : c’est la présence de la presse étudiante (SPLTV, RdT et l’Apostrophe) pour interroger les participants à la fin, à chaud.

5 réponses à “Compte-rendu de la CP du 19 mars 2013

  1. La sélection des lauréats de l’Institut du Service Civique laisse place à tout sauf à l’arbitraire, prenez donc contact avec ces Paliens formidables, ainsi qu’avec l’équipe de l’ISC qui se fera un plaisir de corriger vos grossiers a priori.

  2. S et A est passee a droite de l’Unef, c’etait pourtant pas evident. SUD Etudiant Lille tient a feliciter les 2 elus S et A pour leurs votes reactionnaires : pour un calendrier sans session pour les etudiants ayant des absences justifies, pour une modification sur le handicap qui ne tient pas de la difficulte d’avoir un RDV au SIUmPS avec LE medecin charge du handicap et de la non information des etudiants handicapes par leurs secretaires pedagogiques, pour un partenariat ridicule avec Dauphine… et les votes sur la masse salariale ne sont pas mentionnes car surement les 2 elus en ont honte. SUD Etudiant Lille ne soutient plus S et A depuis pres de 3 mois et notre camarade elu a demissionne du CA en protestation de l’orientation corporatiste et reactionnaire qu’a pris ce collectif. S et A est une organisation anti-syndicale et anti-democratique encore plus lamentable que Declic ou l’Unef puisqu’elle se croit « de gauche » et proche des gens. 2 mensonges au vue de ce CA ! Pour tous ceux qui ont ete trahis par S et A lors de ce conseil, SUD prevoit une petite expulsion de cette liste en novembre, alors venez nous aider : lille@sud-etudiant.org .

  3. Correctif : apres un audit des elus, il n’y a pas eu de votes sur la masse salariale contrairement a ce qui etait marque dans l’ODJ publie ici meme. Les votes auront lieu au CA du 28 mars. Nous nous excusons pour avoir tape un peu trop vite sur ce point : nous n’avons plus d’elu au CA car on a laisse un ptit jeune sieger, donc on mettra ca sur le compte de la senilite. En tout cas nous esperons que les elus suivront les revendications des collectifs des precaires de la recherche et de l’enseignement superieur qui reclamment des titularisations sur fonds d’Etat.

  4. Pierre-Louis D

    Intégré via l’ISC à titre expérimental cette année je suis prêt à discuter avec vous de la forme de cette voie d’entrée et de son intérêt.
    J’avoue être déçu du résultat de la CP sur ce sujet et je pense qu’il serait bon d’éclaircir cette question.

  5. Sur les CDD : on s’est abstenus en raison de la précarité de ces contrats (il reste une dizaine de CDD d’un an, CDIsés au bout de 6 renouvellements seulement, ce qui est vachement long)

    Sur l’ISC : oui, on va bien sûr en discuter. Ça va revenir à l’ODJ du CA de mai. Là y a la mobilisation contre l’austérité en cours, qui nous bouffe un peu tout notre temps. Mais nous ferons une réunion sur ce thème après les vacances, si ça vous convient.

    Il faut préciser que les directions des IEP n’avaient pas jugé bon de soumettre le projet à leurs C.A. avant que cette procédure d’accès soit mise en œuvre… ce qui est pour le moins embêtant. En gros, quand on a voté contre, on ne nous avait même pas dit que la procédure existait déjà, sans aucun fondement juridique…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s